Sal. Oppenheim connaît une situation des plus précaires

eFC logo

Sal. Oppenheim va devoir se séparer de sa branche investissement. C'est en tout cas une pression clairement exprimée par le futur actionnaire principal de cette banque luxembourgeoise. La Deutsche Bank, car il est question d'elle, est par contre fortement intéressée par le secteur fort de Sal. Oppenhiem, le private banking.

Que la branche private banking de Sal. Oppenheim tombe dans l'escarcelle de la Deutsche Bank est une évidence , déclarait récemment le professeur Rolf Tilmes, fondateur et membre de la direction

de la DEVFP (groupement des professionnels de la planification financière en Allemagne), et conseiller spécialisé ainsi que chargé de cours auprès de l'European Business School Finanzakademie à Oestrich-Winkel (Rheingau).

Si se séparer de la branche investissement est maintenant inéluctable pour Sal. Oppenheim, quel en sera le prix à payer ?

La banque italienne Mediobanca est d'ores et déjà intéressée par la reprise de la partie investissement, mais préfère toutefois attendre que les négociations entre la Deutsche Bank et Sal. Oppenhiem soient finalisées. Credit Suisse et BNP Paribas ont également montré leur intérêt, mais n'ont pas fait suite après examen des registres ( Due diligence ).

Ce secteur de Sal. Oppenheim, fort de 430 collaborateurs, attend donc avec une certaine angoisse un repreneur, craignant cependant en corollaire une réduction des effectifs.

Close
Loading...
Loading...