Qu'est-ce qui ne va pas avec l'activité dérivés actions de SocGen ?

eFC logo

L'activité de dérivés actions de SocGen est un bel exemple de ce qui peut arriver lorsque les meilleurs talents partent en masse. Un article paru ce lundi dans le Financial Times s'interroge sur ce qui a pu se passer dans une division surnommée jadis le "Goldman Sachs de la banque française".

Certes, tout ne va pas si mal chez SocGen dans ce domaine puisque la banque française occupe toujours la deuxième place mondiale pour les dérivés actions en 2017 selon Coalition. En contrepartie, elle a développé l'activité fixed income pour réduire sa dépendance à l'égard des instruments dérivés actions et constituer ainsi une «maison à actifs multiples».

Mais les détracteurs soulignent que les revenus dérivés actions n'ont pas suivi le rythme des banques concurrentes au premier trimestre 2018. Qui plus est, une proportion relativement élevée de personnes chez SocGen ne sont pas satisfaites de leur salaire, et les coûts dans le fixed income sont considérés comme étant disproportionnellement élevés.

Pour certains initiés, les choses ont commencé à se dégrader lorsqu'une génération de ses meilleurs traders est partie il y a maintenant 10 ans. « Ils ont perdu de vrais leaders sur le terrain qui ont joué un rôle déterminant dans la direction de SocGen », déclare ainsi au FT un ancien trader actions de chez SocGen passé à la concurrence.

« C'est une vraie honte pour la fantastique franchise que représentait l'activité dérivés actions », poursuit-il. Difficile de ne pas penser à Jean-Pierre Mustier, l'actuel directeur général d'UniCredit, qui a été pressenti comme un possible CEO de Deutsche Bank, ou du groupe résultant de la fusion entre Commerzbank et Unicredit, voire même Unicredit et SocGen. Dans ce dernier cas, ce serait pour celui qui avait dû quitter la SocGen après l’affaire Kerviel l'occasion de revenir par la grande porte.

Actuellement sous pression afin de mettre un terme aux sous-performances de la division banque d'investissement, Séverin Cabannes reconnaît lui-même que l'activité dérivés actions ne sera plus à terme un facteur de différenciation de la division qu'il dirige . Mais pas question pour autant de baisser les bras, bien au contraire. La banque a recruté le mois dernier un nouveau responsable du département actions et dérivés actions au sein des activités de marchés.

« L’expérience internationale d’Alexandre Fleury ainsi que sa solide connaissance des marchés financiers, et des produits dérivés en particulier, sont des atouts clés pour poursuivre le développement de nos activités Actions et Dérivés Actions », a indiqué Frank Drouet, directeur des activités de marché qui entend bien à travers cette nomination « renforcer la position de premier plan de la banque sur les dérivés ». SocGen n'a pas dit son dernier mot !

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

Credit photo : jacoblund / gettyimages

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close