Les banques françaises parmi les plus soucieuses de l’environnement et du climat ?

eFC logo
Les banques françaises parmi les plus soucieuses de l’environnement et du climat ?

La poussée des mouvements écologistes aux élections européennes est le signe que la thématique de l’environnement est devenue centrale, notamment auprès des jeunes générations. Le secteur de la banque n’y échappe pas et les grands établissements tricolores multiplient les actions allant dans ce sens.

Dans le cadre de la poursuite de sa politique de désengagement du charbon, SocGen vient ainsi d’annoncer l’arrêt de la fourniture de nouveaux services ou produits aux entreprises clientes dont l’activité dans le charbon thermique est supérieure à 50% ou bien comprise entre 30% et 50% et qui n’ont pas de stratégie permettant de la réduire à 30% en 2025, ou qui ont des plans d’expansion.

Une nouvelle politique sectorielle reflétant ces engagements sera publiée avant le 1er juillet 2019, a fait savoir la banque au logo rouge et noir qui a été l’une des premières banques à réduire son exposition au secteur du charbon en arrêtant dès 2016 le financement des projets.

A fin 2018, le Groupe a atteint, avec deux ans d’avance, l’objectif de limiter à 19% avant 2020 la part charbon du mix énergétique de la production d’électricité financée. Il poursuit également ses travaux d’alignement de sa méthodologie avec l’accord de Paris à d’autres secteurs d’activité et entend prendre de nouveaux engagements au-delà de 2020.  

De bons élèves ?

Les autres banques françaises sont elles aussi très actives dans le domaine. « Nous nous sommes engagés dès 2015 à arrêter le financement du secteur du charbon, et en 2017 à cesser le financement du pétrole en zone Arctique et du pétrole issu des sables bitumineux partout dans le monde », rappelle ainsi Louis Douady, directeur de la RSE de Natixis.

Quant à BNP Paribas, elle poursuit son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique et annonce la mise en place d’une nouvelle politique charbon plus restrictive, qui consiste à désinvestir des sociétés carbo-intensives.

Les banques françaises semblent donc aller dans la bonne direction. On ne peut malheureusement pas en dire de même pour toutes les banques, notamment américaines (voir tableau ci-dessous), les Etats-Unis s’étant retirés de l’accord de Paris sur le climat signé en 2016 dans le sillage de la COP21.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...