Comment réagir lorsque vous avez un bonus épouvantable, et autres leçons d’un passé révolu…

eFC logo
Comment réagir lorsque vous avez un bonus épouvantable, et autres leçons d’un passé révolu…

Photo : gettyimages

Il y a un dicton dans la City de Londres qui dit que « Travailler à la City était fun, mais pas pour l’argent. Et puis les banques américaines sont arrivées et tout le fun a disparu, remplacé par l’argent. Et puis elles ont fini par s’en prendre à l’argent aussi ».

Et c'est là où nous en sommes maintenant. Beaucoup moins d'argent et beaucoup moins fun. La plupart des professionnels de la banque ne se souviennent plus de la situation antérieure, mais heureusement, les historiens ont préservé la vie de la vieille City pour la postérité. - Vous pouvez trouver des entretiens avec d'anciens market makers (jobbers) et dealers (courtiers), avant que ces deux mondes ne fusionnent en 1986. Et la lecture qu’ils en font est intéressante.

Que faire lorsque vous recevez un mauvais bonus

Un certain Marcus Colby a reçu un bonus décevant dans les années 1930. Dans son interview, il déclare : « Lorsque le manager est arrivé avec Laurie Milbank, à Noël 1932, il m’a dit qu’il était venu me donner ma prime de Noël et m'a remis deux billets d'une livre. Alors je les lui ai rendus et lui ai répondu : "Je pense que quelqu'un les a probablement méritées plus que moi" et j'ai averti Sir John Laurie ».

Favoritisme sur les marchés

Marcus Colby a également déclaré : « Vous aviez l’habitude de faire des affaires avec des amis, tout le temps. C’étaient vos amis personnels. A présent, vous décrochez un téléphone et vous ne savez pas vraiment qui est à l’autre bout. C'est là le problème ».

Le rituel de l’apéritif

« Parfois, je sortais avec une ou deux bouteilles de champagne à onze heures et demie. Il y avait un type appelé Paul Hepworth avec qui j’avais l'habitude d'aller boire du champagne. Vous savez, j’ai passé de moment très amicaux et agréables en sa compagnie ».

Sur la parodie du marché (déconseillé aujourd'hui)

Tony Lewis, qui a rejoint la bourse juste après la guerre, a parlé de l'art de parodier le marché de l'or. « Vous apprenez à gérer le marché, vous le manipulez en faisant des appels d’offres. Et c'est devenu la pratique sur le marché de l'or. C'est arrivé tout le temps. Tout cela faisait partie de l'excitation - entrer et faire des enchères et des offres d'achat d'actions, et parfois vous bluffiez et d'autres fois non. C'était vraiment la moitié du plaisir du trading. Vous ne misiez pas sur des actions parce que vous aviez un ordre d’achat, mais parce que vous vouliez améliorer et parfois relancer le marché. Vous saviez qu'il y avait beaucoup de bluff et de contre-bluff. Il s’agissait d’un marché beaucoup plus sournois et subtil que les marchés d’actions, beaucoup plus simples ».

Sur le snobisme et l'élitisme de l’époque

Dans la vieille City, Brian Winterflood a déclaré que ses associés n’adressaient pas la parole aux employés de la société. « Certains n’étaient présents sur le desk que pour faire du courtage. Le lieu stratégique de l'entreprise se situait à l'étage, à l’abri des regards. Il était mal vu de fraterniser avec les partners qui de toute façon vous snobaient. Ils étaient enfermés dans leurs sortes de tours d'ivoire et vous deviez frapper avec révérence aux portes si vous vouliez les voir ».

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...