McKinsey & Co. veut "industrialiser" votre job dans le secteur bancaire

eFC logo
McKinsey & Co. veut

McKinsey & Co. vient de publier un nouveau rapport volumineux sur l’avenir du secteur bancaire. Comme l'a fait remarquer un observateur avisé, il s'agit surtout d'un pitch pour le cabinet de conseil en stratégie qui suggère aux banques de mettre de l'ordre chez elles de manière urgente, avant que ne survienne le prochain ralentissement catastrophique.

Le rapport de McKinsey traite principalement du mauvais état des banques de détail, mais il a quelques éléments sur les banques d'investissement qui opèrent dans une structure bancaire universelle. Ces éléments sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Coûts d'exploitation et potentiel d'industrialisation dans les banques d'investissement

Source : McKinsey & Co.

Selon le tableau, McKinsey indique que le front office des banques de financement et d’investissement (CIB) représente 10% à 12% des coûts de la banque universelle moyenne, tandis que les opérations associées au compte de la BFI représentent entre 8% et 10% supplémentaires. Les autres fonctions informatiques et de support des banques universelles ne sont pas spécifiques à CIB, mais hébergées dans des départements centralisés qui fonctionnent entre les divisions.

Le message principal de McKinsey est que les banques doivent très rapidement devenir beaucoup plus agressives dans la réduction des coûts. « L'impact de la réduction des coûts traditionnelle diminue rapidement », déclare le cabinet conseil. « Même après des années de réduction des coûts consécutives à la crise financière, la plupart des banques n'ont pas apporté les améliorations matérielles de la productivité nécessaires pour concurrencer efficacement les fintechs, les néo-banques et les géants du numérique ».

Plus inquiétant encore, McKinsey indique que près de 60% des banques ne généraient pas de rendements qui puissent couvrir leur coût en fonds propres et qu'à défaut d’avoir pris des mesures plus en amont, elles doivent désormais prendre des mesures "audacieuses" de toute urgence.

Ces initiatives audacieuses impliquent inévitablement faire appel à McKinsey (bien que le rapport ne le dise pas explicitement) mais également de déplacer toutes les "activités non différenciantes vers des utilitaires tiers".

Les activités non différenciantes sont celles incluses dans les colonnes noires du côté droit du diagramme ci-dessus. En passant à des services publics tiers, les banques pourront "industrialiser la base de coûts", en tierces parties à faibles coûts, a précisé McKinsey.

Quels emplois dans les BFI sont menacés par cette industrialisation ? McKinsey dit que beaucoup d'emplois technologiques le sont, estimant que moins de la moitié des coûts liés aux "fonctions IT et support, ainsi qu'à certaines opérations" sont orientés vers des activités qui différencient réellement les banques de leurs concurrents. L'implication est que jusqu'à 50% des jobs techno des banques pourraient être transférés vers des services collectifs "multi-locataires" utilisés simultanément par plusieurs banques.

En fait, l'idée de McKinsey & Co n'est pas nouvelle. Le président d'UBS, Sergio Ermotti, parle depuis des années de la sous-traitance de toutes les fonctions support, tout comme les consultants d'Oliver Wyman. Après les piètres résultats d’UBS, alors que les bénéfices de la banque d’investissement ont chuté de près de 60% au troisième trimestre de l’année précédente, l’impulsion qui pousse à opérer ce changement semble bien plus rapide qu’auparavant.

Photo by Krzysztof Kowalik on Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...