Quelles mesures attendre des banques face à la propagation du coronavirus

eFC logo
Quelles mesures attendre des banques face à la propagation du coronavirus

Le coronavirus qui affecte la Chine est peut-être moins agressif que le virus du SRAS en 2003, avec un taux de mortalité apparent d’environ 3% contre 10% à l’époque, mais il n’en reste pas moins préoccupant. Une vidéo non vérifiée, partagée par un reporter du New York Times, suggère que les hôpitaux de la région de Wuhan sont déjà submergés, et certains experts en maladies infectieuses ont tiré la sonnette d’alarme, considérant que le gouvernement chinois n’avait pas réagi assez vite pour endiguer le problème. Nous indiquions en fin de semaine dernière la frilosité des banques de Hong Kong à interdire les déplacements en Chine continentale. Il semble qu’elles s’y soient résolues depuis.

UBS nous a informés vendredi dernier avoir « créé et mis en ligne un intranet dédié à la pandémie ». Financial News rapportait également vendredi que Goldman Sachs et Standard Chartered avaient commencé à restreindre les déplacements vers la Chine, Goldman ciblant en particulier les voyages à destination de Wuhan.

On s’attend à une propagation du virus à l’échelle mondiale, et le directeur de Public Health England déclarait vendredi qu’il était « hautement probable » qu’il atteigne le Royaume-Uni, après l’apparition des premiers cas suspects aux USA.

Si les cas se multiplient dans le monde, il est possible que les régulateurs publient des directives à l’usage des banques, même si rien n’indique pour le moment que ce sera le cas. Pour le régulateur britannique UK Financial Conduct Authority, de telles directives relèvent plus de l’initiative du gouvernement que de la FCA. Cela dit, lors l’épidémie de SRAS en 2002 et 2003, qui avait fait 349 victimes en Chine et 299 à Hong Kong, l’Autorité Monétaire de Hong Kong avait émis une note détaillant les « mesures de précaution » à prendre dans les banques. Elle suggérait alors les actions suivantes :

  • Déclaration des porteurs suspects de la maladie auprès d’un centre de commandement
  • Mise en quarantaine pendant 7 à 10 jours des personnels ayant été en contact avec un individu infecté
  • Nettoyage complet et désinfection des bureaux ayant accueilli un individu infecté
  • Désignation « d’une équipe réduite » dans les domaines du trading, des règlements et de la technologie, appelée à travailler depuis un autre établissement ou un site de repli
  • Incitation au télétravail pour une petite équipe chargée d’assurer l’opérationnel si d’autres employés venaient à être infectés
  • Transfert de certaines activités de trading à l’étranger vers des régions où la propagation du virus est moindre
  • Réduction des déplacements à l’étranger
  • Test des systèmes, équipements et données de sauvegarde
  • Fourniture de masques et de gants au personnel
  • Nettoyage et désinfection plus fréquents des bureaux. 

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...