J’économise 70% de mon salaire : la vie des banquiers au temps du confinement

eFC logo
J’économise 70% de mon salaire : la vie des banquiers au temps du confinement

On est encore de loin de l’attribution des bonus pour 2020 ; pourtant, il paraît quasiment inévitable qu’ils soient considérablement inférieurs à ceux de 2019 – en dépit de l’enthousiasme déplacé de certains traders. En d’autres temps, cela aurait sans doute suscité des cris d’orfraie. Rien n’est exclus, mais la réalité aujourd’hui est tout autre : le COVID-19 a induit un nouveau mode de vie bien moins dispendieux pour la plupart des employés de la finance.

Parmi les 530 répondants à notre dernière enquête, presque tous révèlent avoir réduit leurs dépenses depuis le début du confinement – souvent dans des proportions significatives. Et beaucoup reconnaissent qu’en conséquence, leurs habitudes de consommation ont sans doute changé pour toujours.

« Je ne dépense pratiquement rien, » déclare un risk manager de Credit Suisse en Europe. « En dehors de mon loyer, je débourse maintenant peut-être 600 € par mois. Je ne peux pas dîner dehors, je ne peux pas aller boire un verre, je n’ai pas besoin de vêtements et je ne peux pas non plus voyager. Il n’y a rien à dépenser. »

De grands dépensiers qu’ils étaient, dilapidant leurs salaires et leurs bonus, les banquiers juniors eux-mêmes ne puisent plus maintenant que dans leurs seuls salaires : 95% des moins de 24 ans qui ont répondu à notre enquête déclarent que leurs salaires sont plus que suffisants pour couvrir leurs besoins, contre 87% pour l’ensemble des participants, toutes tranches d’âge confondues.

« Je vis de nouveau comme un jeune diplômé ! » avoue un quinqua, vendeur dérivés actions à Londres. Un risk manager chez Citi à New York indique qu’il dépensait avant le confinement 400 $ par mois en transport et 400 $ également en restaurants, deux postes aujourd’hui ramenés à zéro. Un trader macro de Londres avoue n’avoir jamais imaginé pouvoir vivre à si peu de frais : « mon seul achat sortant de l’ordinaire, hors alimentation et loyer, a été celui d’une machine à café. » Un technologue de Deutsche Bank confie faire maintenant ses courses chez Tesco plutôt que chez Waitrose – un peu comme s’il abandonnait Monoprix pour Carrefour, et choisir la marque du distributeur pour ses produits alimentaires.

Résultat des courses : bon nombre d’employés en finance auparavant peu enclins à la retenue en matière de dépenses, se retrouvent soudain à la tête d’économies substantielles. « J’économise maintenant 70% de mon salaire mensuel, » s’étonne un compliance manager de Société Générale. Un analyste recherche de Credit Suisse indique avoir porté ses économies mensuelles à 2 000 $, tandis qu’un trader dérivés actions de Goldman révèle économiser chaque mois 3 000 £ - soit près de 3 500 € - sur son seul salaire.

La tendance va-t-elle perdurer ? De nombreux participants pensent que leurs dépenses repartiront à la hausse à la fin du confinement. Pourtant, alors que 37 % de nos répondants considèrent leur emploi menacé, beaucoup semblent déterminés à continuer à mettre de l’argent de côté. « Je veux m’habituer à dépenser moins et me constituer un matelas de sécurité au cas où le couperet tombe, » déclare le trader de Goldman. Un autre, professionnel de la conformité, va dans le même sens : « je ne voyagerai pas pendant deux ans et j’en profiterai pour mettre de l’argent de côté au cas où le virus réapparaîtrait ou si je devais perdre mon job. » Avant d’ajouter : « les dépenses à tout-va, c’est terminé. »

Avec un peu de chance, les banques ne verront pas là l’occasion de réduire les rémunérations en proportion.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...