Le dernier classement des banques M&A en France réserve quelques surprises

eFC logo
Le dernier classement des banques M&A en France réserve quelques surprises

Rothschild reste leader du conseil en fusions-acquisitions en France selon le dernier classement établi d’après les commissions perçues sur les neuf premiers mois de 2020.

Selon les informations fournies par Dealogic, la banque conseil indépendante a engrangé 94 millions de dollars de commissions, correspondant à 17,2% de part de marché au 30 septembre.

Son grand rival, Lazard, a préservé sa deuxième place avec des revenus de 55 millions de dollars et une part de marché de 10,1%. La suite du classement par montant de commissions affiche quelques bouleversements : Morgan Stanley monte sur la troisième marche du podium avec une progression de six places, éjectant par là même Goldman Sachs, qui glisse en sixième position.

JPMorgan progresse de la huitième à la quatrième place après avoir renforcé ses équipes cette année en recrutant Maja Torun chez Citi, qui recule quant à elle de deux places pour pointer au septième rang.

Au milieu de cette activité intense, les banques françaises ont perdu du terrain. BNP Paribas, qui a enregistré une année exceptionnelle en DCM et ECM, a glissé de la quatrième à la sixième position du classement M&A, alors que Crédit Agricole et SG ont reculé chacune d’une place pour terminer respectivement au huitième et neuvième rang. Dans le même temps, la banque indépendante Evercore a fait son entrée pour la première fois dans le top 10 du classement M&A en France, malgré la mise en suspens, il y a quelques mois, de l’ouverture de son bureau parisien.

Les banques du top 10 en France ont cumulé pour 545 millions de dollars de commissions sur les neuf premiers mois de l’année, contre 727 millions en Allemagne et 1,1 milliard au Royaume-Uni.

Le résultat est quelque peu différent si l’on prend en compte le cumul des commissions M&A, DCM et ECM. Dans cette optique, le top 4 est franco-français : BNP Paribas tient la tête avec 12,1% de part de marché et 207 millions de dollars de commissions en banque d’investissement, toujours selon Dealogic ; elle est suivie par Crédit Agricole, SG et Natixis.

Ces classements indiquent qui distribuera les meilleurs bonus cette année puisqu’ils sont calculés sur les deals concrétisés, mais ne sont que partiellement révélateurs des évolutions du paysage concurrentiel à Paris, au cours d’une année qui a vu deux nouveaux acteurs entrer dans la bataille.

Centerview a ouvert un bureau français en mars, au début de la pandémie de COVID-19 qui a mis un coup d’arrêt aux activités M&A, mais les deals ont repris depuis.

L’antenne française de Centerview est dirigée par Matthieu Pigasse et quelques-uns de ses anciens compagnons de chez Lazard, dont Nicolas Constant, et le duo joue un rôle majeur dans l’apport de deals.

Nicolas Constant était l’un des conseillers de KKR lors de l’acquisition par la firme new-yorkaise du groupe d’hospitalisation privée Elsan, alors que Matthieu Pigasse serait l’un des conseils d’Engie dans le cadre de l’offre d’achat de 3,4 milliards d’euros faite par Veolia pour prendre le contrôle de Suez. Parallèlement, Jefferies commence à faire des vagues après avoir débauché Muriel Petit de BNP Paribas. « La France a toujours été l’un des marchés les plus concurrentiels d’Europe, et cela ne fait que s’intensifier avec l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché. Sans compter que Paris gagne du terrain en s’imposant comme centre financier majeur dans le nouveau paysage post-Brexit, » analyse Stéphane Rambosson, CEO de Vici Advisory, l’un des chasseurs de têtes les plus actifs sur le marché français.

Crédit photo : Hannah Lim sur Unsplash

A lire aussi…

Close
Loading...
Loading...