Démissions en cascade chez les juniors de Goldman Sachs à Francfort

eFC logo
Démissions en cascade chez les juniors de Goldman Sachs à Francfort

Alors que Goldman Sachs augmente ses activités dans l’Union européenne, le nombre de juniors qu’elle emploie à Francfort et à Paris est à la hausse, et la banque semble rencontrer quelques difficultés à les retenir.

Selon des sources internes chez Goldman à Francfort, elle aurait perdu ce mois-ci six analysts et associates en Allemagne ; en cause au premier chef, le déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. La banque aurait initié des discussions informelles pour identifier les raisons de ces départs.

Goldman n’a pas souhaité s’exprimer sur ce point. Financial News rapportait lundi que la banque proposait des cours de fitness sur Zoom pour soutenir ses employés durant le confinement, et que les managing directors organisaient des sessions ‘portes ouvertes’, toujours sur Zoom, afin d’aider à l’intégration des nouveaux employés. Sans oublier que Goldman Sachs propose des sessions de méditation ouvertes à tous sur simple inscription.

D’après les juniors en poste à Francfort, ce ne sont pas les avantages qui posent problème – les démissions sont apparemment liées aux volumes de travail énormes imposés par un petit groupe de vice presidents et managing directors de la banque.

Si les banquiers de Londres et New York sont plutôt enclins à se plaindre de leur temps de travail, nombre de voix s’élèvent depuis longtemps pour souligner une situation similaire, voire pire, en Europe. « Je travaille de 70 à 90 heures par semaine, » nous racontait en 2016 un junior employé d’une banque européenne à Francfort. La même année, un médecin avait été appelé en urgence dans les locaux de Goldman Sachs, également à Francfort, suite au malaise d’un junior à 2 h 30 du matin.

Comme ailleurs, pourtant, ce n’est pas seulement le temps travail qui pousse les juniors à partir. – Bon nombre de juniors en poste à Francfort aspirent à bouger vers des jobs en private equity à Munich, et la perspective de rallier la Bavière après le versement des bonus a sans doute joué un rôle-clé dans ces départs, somme toute assez classiques à cette p ériode de l’année.

Crédit photo : Gabriel Menchaca sur Unsplash 

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...
Loading...