Les résultats de BNP Paribas confirment l’avis général sur 2021

eFC logo
Les résultats de BNP Paribas confirment l’avis général sur 2021

BNP Paribas a publié ce matin ses résultats du deuxième trimestre, qui confirment à nouveau que 2021 est une très bonne année – sauf si l’on cherche à la comparer à 2020.

Après les 200 millions de dollars de pertes en trading actions l’an dernier, les bénéfices de la banque de financement et d’investissement de BNP Paribas ont rebondi avec une progression de 33% au premier semestre 2021 comparés à la même période en 2020. Les revenus sont également en hausse, quoi que d’un modeste 4%.

Côté revenus, le problème tient au deuxième trimestre 2021. Comme certains ont pu le constater, si vous êtres trader fixed income, c’est typiquement le genre de trimestre que l’on rencontre une fois dans une carrière. Aussi bons que soient les revenus de 2021, ils ne tiendront jamais la comparaison avec ceux de 2020, en raison d’un deuxième trimestre exceptionnel l’an dernier (trading actions mis à part).

Les graphes BNP ci-dessous font ressortir pourquoi. En global markets, fixed income, devises et matières premières (FICC), les revenus au deuxième trimestre 2020 étaient proches du double de leur moyenne habituelle ; en banque de financement (qui comprend chez BNP le financement en ECM et DCM ainsi que les crédits), les revenus ont été au-dessus de la moyenne aux deuxième et quatrième trimestre.

Par comparaison, 2021 donne l’impression d’un recul, mais comme le montrent les tendances de BNP, elle reste une excellente année comparée à 2018 et 2019, avant la pandémie. L’activité des marchés de capitaux en particulier a été « très forte », tout comme la croissance des dérivés structurés. Et comme le souligne la banque de la rue d’Antin, ses revenus FICC sont certes en baisse de 43% au deuxième trimestre 2021 par rapport au deuxième trimestre exceptionnel de 2020, mais ils restent supérieurs de 45% à ceux du deuxième trimestre 2019, plus proche de la normalité...

Il est intéressant de noter qu’à l’inverse de Credit Suisse – qui réduit les capitaux alloués à ses activités de marché, BNP a augmenté de près de 10% ceux alloués à ses traders cette année. Deutsche Bank a fait de même, pour des raisons qu’elle considère comme réglementaires. On ne sait pas si c’est ce qui a motivé la hausse chez Paribas, mais cela ressemble à un plébiscite en faveur de ses professionnels des marchés.

Crédit photo :  Dewang Gupta sur Unsplash

A lire aussi…

Close
Loading...