Un partner de Goldman Sachs, futur retraité, se rappelle ses 42 entretiens en trois jours

eFC logo
Un partner de Goldman Sachs, futur retraité, se rappelle ses 42 entretiens en trois jours

Goldman Sachs aime faire passer des entretiens. La banque a la réputation de demander à chaque personne susceptible d’interagir avec l’une de ses recrues potentielles de la rencontrer avant le recrutement. Si l’un ou l’autre membre parmi les plus seniors en place prend position contre un candidat, le recrutement n’est pas concrétisé.

Jernej Omahen est partner chez Goldman à Londres et head of the European Financial Institutions Group au sein de la recherche investissement. Dans un post publié cette semaine sur LinkedIn, il se rappelle son parcours tout au long du processus d’entretien chez Goldman. Avant de rejoindre la banque à la fin de ses études en Slovénie il y a 20 ans, il s’est vu offrir un billet d’avion pour Londres afin de participer à une journée d’entretiens. La journée s’est transformée en trois jours ; et les quelques entretiens ont atteint le nombre de 42.

Jernej Omahen n’est pas le seul employé de Goldman Sachs passé à la moulinette des entretiens. Dans un documentaire tourné par Goldman pour son 150è anniversaire, l’ancien CEO Lloyd Blankfein racontait : « nous torturons les gens en les soumettant à 45 entretiens avant de les intégrer. »

Goldman fait passer moins d’entretiens aujourd’hui – mais toujours plus que les autres banques. Une enquête de Glassdoor en 2019 révélait que le délai moyen entre une candidature et une offre au Royaume-Uni était à l’époque de 27 jours. Pour 45 jours en banque d’investissement ; et 54 jours chez Goldman Sachs.

Business Insider rapportait en juin dernier que Goldman accélérait son processus de recrutement des juniors en banque face à la frénésie de recrutement des analysts. Cela dit, il semble que l’accélération en question porte plus sur la réduction du temps écoulé entre les entretiens (en partie grâce à l’utilisation de Zoom) qu’à celle du nombre d’entretiens.

Selon un MD de Goldman, la banque impose ces multiples entretiens parce qu’elle ne veut pas « se planter » quand elle recrute. « Recruter la mauvaise personne peut tourner au cauchemar, » ajoute-t-il.

Crédit photo : Muhamad Rizal Firmansyah sur Unsplash

Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

 

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...