Ce banquier parti de Credit Suisse admet son erreur

eFC logo
Ce banquier parti de Credit Suisse admet son erreur

Francesco de Ferrari n’est pas vraiment un financier lambda. À la fois très doué pour les études et fervent catholique, il reste une sorte d’énigme : diplômé de la Stern School of Business de l’Université de New York en 1989, sorti parmi les premiers de sa promotion, il avait reçu à 20 ans une offre de Goldman Sachs, mais il était aussi attiré par l’idée d’aller en Inde avec un prêtre. Il n’a jamais intégré le programme jeunes diplômés de Goldman et a préféré passer plusieurs années auprès des lépreux et des mourants dans les rues de Calcutta.

Si Francesco de Ferrari n’a jamais mis les pieds chez Goldman Sachs, il ne s’est pas non plus tourné vers la prêtrise. Au bout de six mois en Inde, il est retourné aux Étas-Unis et a travaillé dans plusieurs grandes entreprises, dont Deloitte & Touche, Nestlé et McKinsey & Co. C’est chez McKinsey justement que son chemin a croisé pour la première fois celui de Credit Suisse, alors qu’il travaillait sur un projet pour la banque. Tout s’est bien passé, au point qu’il s’est vu proposer de rejoindre CS à plein temps en 2002. Il y est resté 16 ans.

Plus de trois ans après son départ, Francesco de Ferrari vient d’être rappelé par la banque helvète. Credit Suisse – qui a pris l’habitude de réembaucher des gens qu’il a licenciésa annoncé le 13 décembre le retour l’an prochain de son ancien responsable de la banque privée pour la région Asie-Pacifique, à un poste d’une autre envergure. Il dirigera en effet la division gestion de fortune dans son intégralité, et sera à la tête de l’Europe par intérim.

Ce retour laisse à penser que l’absence peut raviver l’affection des ex-employeurs, en particulier si l’ex en question n’est autre que Credit Suisse. Et montre aussi que la vie loin de Credit Suisse n’est peut-être pas aussi facile qu’on peut l’espérer avant d’en partir.

D’août 2018 à avril 2021, Francesco de Ferrari a été CEO du gestionnaire d’investissement australien AMP, un rôle pour lequel il avait été choisi en raison de sa capacité à gérer des situations « extrêmement complexes. » Pour lui, AMP représentait un nouveau défi, sans doute d’autant plus motivant qu’il y avait à la clé un package supérieur à 11,7 millions de dollars australiens (près de 7,4 millions d’euros) répartis sur trois ans et demi.

Redresser AMP n’a pourtant pas été aussi simple qu’il y paraissait. – A l’arrivée de Francesco de Ferrari, l’action AMP valait 3,45 dollars australiens, et une prime exceptionnelle de 6 millions de dollars australiens (près de 3,8 millions d’euros) lui était promise si le prix de l’action dépassait 5,25 dollars australiens. À son départ en avril 2021, il était plus proche de 1,08 dollar australien. Un scandale a éclaté lorsqu’il s’est avéré que le nouveau responsable de la division banque d’investissement avait fait l’objet d’une sanction financière pour harcèlement sexuel à l’égard d’une collègue. Le prix de l’action a poursuivi sa chute. Le Financial Times décrit comme « douloureuse » la période australienne de Francesco de Ferrari. Nul doute que la proposition de Credit Suisse a dû lui paraître d’autant plus tentante. Sans oublier qu’il n’était plus sur le marché, et que Credit Suisse a sans doute pu s’attacher ses services pour une somme relativement raisonnable.

Le dernier poste de Francesco de Ferrari chez Credit Suisse était à Singapour. Cette fois, il partagera son temps entre Londres et la Suisse – ce sera donc un peu différent. Théoriquement, son rôle sera d’aider à la gestion de la banque d’investissement en Europe. – L’annonce de son retour le 13 décembre laissait également entendre que Christian Meissner, responsable de la banque d’investissement, pourrait rester à New York dans un futur proche.

Download our full salary and bonus survey here. 

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close