2,4 millions d’euros ou la revanche d’une banquière quinqua sur ses ex-collègues masculins toxiques

eFC logo
2,4 millions d’euros ou la revanche d’une banquière quinqua sur ses ex-collègues masculins toxiques

Si vous avez dans l’idée de poursuivre une banque d’investissement pour discrimination fondée sur le genre, il faudra vous armer de patience et faire preuve de cran, mais le cas de Stacey Macken prouve que le jeu peut en valoir la chandelle : elle vient en effet de se voir attribuer 2 millions de livres d’indemnisation (soit 2,4 millions d’euros) dans l’affaire qui l’opposait à BNP Paribas pour des faits subis pendant quatre ans entre 2013 et 2017.

Stacey Macken, qui a promis de « raconter son histoire » et prévient que les gens seront choqués d’apprendre par quoi passent les femmes dans le secteur bancaire, était payée environ 125k £ par an à son arrivée dans la division prime brokerage de BNP à Londres. C’était 25% de moins qu’un homme à poste équivalent, engagé à 160k £. Durant ces quatre années dans la banque française, elle s’est vu octroyer 33k £ de bonus, quand son homologue au même poste en touchait 167k £.

Parallèlement, Stacey Macken a dû subir ce que le juge décrit comme un comportement « malveillant et vindicatif ». Il a été rapporté au tribunal que son supérieur, Matt Pinnock, responsable Prime Brokerage Europe chez BNP entre 2012 et 2018, aurait répondu en sa présence à des appels téléphoniques avec les mots « Salut c*sse… » et « Salut poupée ». Denis Pihan, un autre de ses supérieurs, toujours en poste chez BNP à Paris, où il est COO International Prime Brokerage, lui aurait répondu « pas maintenant, Stacey », à une fréquence telle que la formule serait passée dans les expressions courantes. Et enfin, après s’être plainte de son salaire, Stacey Macken aurait trouvé un matin à son arrivée à la banque un chapeau de sorcière posé sur son bureau, au lendemain d’une soirée bien arrosée entre hommes à laquelle avaient pris part certains membres de son équipe.

BNP avait déjà versé 667k £ / 800k € à Stacey Macken. Le reste comprend entre autres 857k £ / un peu plus d’un million d’euros pour dommage sur ses revenus futurs, 218k £ / 261k € pour perte de salaire, 117k £ / 140k € pour perte de bonus, 35k £ / 42k € pour préjudice moral et 23k £ / 27,5k € en réparation du préjudice résultant de la perte d’emploi.

Le tribunal a relevé que bien qu’étant alors sous-payée par BNP, Stacey Macken – environ 45 ans à l’époque des faits - était totalement investie dans sa carrière. Il a établi qu’en 22 ans de carrière, elle avait fait passer son activité professionnelle en banque « avant d’autres choix de vie. » Stacey Macken était en effet restée célibataire et sans enfant, ont noté les juges. Elle aimait son travail et y était épanouie. À part se maintenir en excellente forme, elle n’avait aucun hobby ou centre d’intérêt. Nul doute qu’elle aura maintenant le temps et l’argent pour se consacrer à ceux qu’elle choisira.

Crédit photo :  Quaid Lagan sur Unsplash

Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.

A lire aussi…

Close