Une banquière fatiguée lâche un job à près de 400k € pour « échapper à la routine »

eFC logo
Une banquière fatiguée lâche un job à près de 400k € pour « échapper à la routine »

Les banquiers sont pires que les marins des chorales d’équipage dès lors qu’il s’agit de se lamenter sur les épreuves de l’existence, sans pourtant jamais parvenir à changer de vie. Essayez donc de lancer une balle anti-stress en pleine salle des marchés ; il y a fort à parier qu’avant de retomber au sol, elle interpellera deux ou trois personnes qui s’étaient dit ou avaient confié à leurs amis, un jour ou l’autre, n’attendre plus qu’une bonne année de bonus qui leur permettrait d’assurer leurs arrières et de partir faire ce qui les intéresse vraiment. En réalité, très peu le font.

Félicitations donc à Amy Wu Stratton, ancienne de l’équipe Senior Markets Origination chez Citi. Objet de toutes les attentions après la saison de bonus 2020, elle a quitté la banque en juin 2021 pour monter un site internet (actuellement en cours de développement) destiné aux femmes asiatiques orientées carrières et impact social. Elle avait remarqué qu’au bout de seize ans chez Citi, elle était fatiguée en permanence et que cela ne la rendait pas heureuse.

Pour les banques, c’est un problème largement sous-estimé, en particulier à certaines périodes du cycle de marché, comme celle que nous vivons. Leur meilleure arme en pleine guerre des talents ? Avoir les moyens de payer plus. Mais si un collaborateur a déjà décroché, lui verser un gros bonus reviendrait juste à lui assurer l’assise financière dont il a besoin pour faire le grand saut.

Ainsi donc, au-delà de représenter le moyen le moins coûteux pour retenir les effectifs, c’est souvent le plus efficace pour contrer ces sensations de fatigue et de désillusion…. Même celles et ceux qui ont des projets en lien avec leurs passions ne bougent en général pas sans catalyseur, un élément déterminant qui les convainc qu’ils ne tiendront pas une année de plus.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sentiment subjectif de détresse n’a souvent aucun lien avec les exigences physiques et mentales de leur travail. Les banquiers sont nombreux à se retourner avec une certaine indulgence sur les périodes les plus épuisantes de leur vie ; avec le recul, une semaine de nuits blanches peut être perçue comme une expérience grisante quand on pense en tirer quelque chose. La fatigue des banquiers n’est pas la conséquence du temps de travail, mais de leur ressenti émotionnel par rapport à leur travail.

À lire entre les lignes l’histoire d’Amy Wu Stratton, on y trouve quelques indices sur ce qui a pu la conduire à la désillusion. Elle était « bien positionnée pour une promotion susceptible de doubler sa rémunération, » mais avait la sensation que « le job qu’elle aimait était devenu… une course frustrante pour gagner toujours plus. » Ajoutons l’évolution de sa carrière – elle avait été promue Director en 2007 – et tout porte à croire qu’elle était en lice pour passer MD. La préparation d’une promotion implique en général le respect d’un processus rigoureux, qui consiste à établir une liste des performances et réalisations, et à trouver des soutiens en interne, alors que la concurrence est rude avec tous les autres candidats à la promotion. Beaucoup échouent et doivent s’y reprendre plusieurs fois. Rien de très différent somme toute des candidatures renouvelées pour entrer en fac, et clairement l’une des expériences les plus stressantes dans les hautes sphères de la banque.

Si c’est effectivement ce qui s’est produit, Citi n’avait sans doute guère de moyen de garder Amy Wu Stratton. Les banques étant toutes différentes, chacune gère les choses à sa manière, mais les tableaux d’avancement sont de fait une course frustrante pour gagner plus. Tout ne fonctionne pas ainsi pour autant, et les employeurs devraient prendre conscience qu’un bouquet de fleurs coûte bien moins cher qu’un divorce, et que par extension, faire en sorte que quelqu’un se sente respecté est aussi beaucoup moins onéreux que de recruter pour le remplacer.

Crédit photo : Kim Green sur Unsplash

Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close