La frénésie d’embauche d’une banque européenne malgré les « événements géopolitiques »

eFC logo
La frénésie d’embauche d’une banque européenne malgré les « événements géopolitiques »

Alantra, la banque d’investissement mid-market, est en pleine frénésie d’embauche. Elle prévoit de poursuivre ses recrutements en 2022 – sauf à en être détournée par la guerre en Ukraine et l’effritement de l’ordre mondial.

« Nous avons embauché 25 banquiers seniors au cours des 12 derniers mois, et nous sommes en pourparlers avec de nombreux cadres seniors en banque d’investissement et gestion d’investissement, » indique Patricia Pascual Ramsay, partner chez Alantra et COO du groupe. « En principe, nous embaucherons 25 autres personnes en 2022. Cela dit, au moment où nous parlons, il se passe une multitude de choses. S’il n’y a pas de conséquences géopolitiques majeures, nous devrions connaître une année similaire à celle qui vient de s’achever. »

L’hésitation de Patricia Pascual Ramsay reflète la nouvelle réalité des banques, alors que l’incertitude risque de perturber certains deals et de bouleverser les plans. Alantra, dont le siège est à Madrid, a annoncé en début de semaine ses résultats pour l’année écoulée : les revenus ont progressé de 77% sur un an en 2021, et les bénéfices de 93% - une bonne base pour la croissance, du moins jusqu’à la semaine dernière.

Patricia Pascual Ramsay a rejoint Alantra en 2006, après des débuts en analyse financière chez Goldman Sachs et Morgan Stanley à Londres. Au cours de toutes ces années, elle a vu les effectifs de la banque se renforcer, passant de 25 à 30 personnes en Espagne à 600 dans le monde. La semaine dernière, Alantra annonçait le recrutement de cinq banquiers seniors en Italie. Si rien ne vient perturber les plans, Patricia Pascual Ramsay précise que l’intention cette année est d’embaucher en Allemagne, France, Italie, dans les pays nordiques et au Benelux (« la totalité du marché européen ») et de se développer aux États-Unis. Avec, dans les objectifs de recrutement, une priorité sur les banquiers spécialisés en technologie, FIG (financial institutions group) et healthcare. Le Royaume-Uni aussi constitue un objectif de croissance : « en pleine période post-Brexit, nous sommes convaincus que Londres restera l’un des principaux hubs financiers dans le monde. »

Selon Patricia Pascual Ramsay, Alantra est capable d’attirer des banquiers en poste chez ses concurrentes en raison de son modèle de ‘partner’ (50% du capital de la banque est détenu par ses quelques 90 partners) et de sa culture entrepreneuriale et d’autonomie : « nous offrons aux talents la possibilité de venir développer des idées et des activités en toute autonomie. C’est très valorisant pour des gens qui ne veulent pas qu’on vienne leur dire ce qu’ils ont à faire. » On compte parmi les nouvelles recrues italiennes plusieurs anciens de GCA Altium, passée en fin d’année dernière sous la bannière Houlihan Lokey.

À ce stade, Patricia Pascual Ramsay déclare qu’en l’absence d’indications claires quant à l’impact potentiel de la guerre, Alantra avance à tâtons dans ce nouvel environnement. « Nous consultons nos clients et senior partners sur différents marchés. »

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Hannes Wolf sur Unsplash

​​​Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Close