« Je travaille 80 heures par semaine et les MD me demandent de ne pas me plaindre »

eFC logo
« Je travaille 80 heures par semaine et les MD me demandent de ne pas me plaindre »

Il y a maintenant plus d’un an que l’étude sur les conditions de travail chez Goldman Sachs, lancée par une poignée d’analysts de Goldman justement – dont Joey Coslet, fils de Jonathan Coslet, vice-président et ancien chief investment officer du fonds d’investissement TPG Capital, a suscité une vague de récriminations sur le temps de travail dans les banques. Elle a donné lieu à diverses tentatives visant à le limiter et, au bout du compte – bien sûr – à de fortes hausses de rémunération des juniors.

Mais un an plus tard, les choses ont-elles vraiment changé ? Hormis les rémunérations, la réponse semble être « pas vraiment. » Joey Coslet est toujours chez GS d’après les données de la FINRA, et le nombre d’heures hebdomadaires reste élevé.

Le forum en ligne Wall Street Oasis a interrogé 485 de ses membres le mois dernier pour savoir à quoi ressemblaient leurs vies aujourd’hui. Les réponses n’ont pas encore été publiées (nous les ajouterons ici dès qu’elles seront disponibles), mais de toute évidence, les postes en banque sont encore très loin de pouvoir envisager des horaires de 9 h à 17 h ou même 9 h – 21 h.

« Certes, la hausse des rémunérations a été significative, » concède un associate chez Bank of America Merrill Lynch. « Mais je fais actuellement plus de 80 heures par semaine en moyenne, et beaucoup de week-ends sont redevenus des « jours ouvrables ». »

Un analyst de Morgan Stanley confirme que la pression reste inchangée : « les horaires se sont empirés. » En février, un junior dans l’une des plus grosses boutiques nous racontait travailler « jusqu’à 2 ou 3 heures du matin une semaine d’affilée » et que travailler le week-end n’était autre que la norme. C’était ensuite au tour d’un autre associate dans une structure d’envergure de nous informer que son VP lui demandait régulièrement de travailler le samedi, alors même que le samedi était censé être son seul jour de repos.

Certaines boutiques (comme Ducera Partners par exemple) ne prétendent même pas essayer de réduire le temps de travail des juniors, mais c’est essentiellement dû au fait que leurs rémunérations se situent dans la fourchette supérieure de la nouvelle normalité (soit jusqu’à 490k $/450k € pour un associate de première année chez Ducera justement). Dans les banques pourtant, la pression pour réduire le temps de travail est bien réelle.

« Les conditions de travail se sont améliorées dès la sortie de l’étude de Goldman Sachs, » confirme l’associate de Bank of America. « L’an dernier, mon équipe a imposé des horaires de 8 h à 20 h pour tenter d’améliorer l’efficacité et de réduire le burnout. »

Malgré tout, il indique que les choses tendent à revenir à la normale et que la pression pour retrouver des temps de travail plus longs vient des managing directors (MD). « Les cadres veulent nous faire revenir au rythme d’avant. On a droit à quantité de commentaires du style « quand j’étais analyst, on travaillait 18 heures par jour, tous les jours, et on ne se plaignait pas, » ou « j’espère qu’après cette dernière augmentation, personne ne viendra se plaindre : on vous paye des sommes indécentes. » James H. Donovan, président global client coverage chez Goldman Sachs, a donné des précisions sur cette mentalité lors d’une intervention devant des étudiants en 2016 : pendant ses dix premières années chez le géant américain, il racontait s’être « vraiment, mais vraiment tué au travail. » - « En enchaînant les nuits blanches, sans rentrer chez lui, dans le monde entier. »

Comme nous l’avons indiqué précédemment, même si les deals ECM se sont effondrés cette année, les banquiers M&A sont restés très actifs au premier trimestre : les revenus sont en hausse de 72% sur un an chez Morgan Stanley. L’analyst de Morgan Stanley précise que cela contribue à alourdir les horaires de travail : « l’activité est en plein essor. » Il n’y a pas que cela pourtant : les fonds de private equity piochent plus que jamais dans le vivier de juniors des banques, et cela aussi impacte le temps de travail de ceux qui seront encore là au deuxième semestre.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Parker Gibbons sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close