Un trader High Yield qui s’ennuyait chez Barclays vend maintenant ses créations artistiques à des stars du rap

eFC logo
Un trader High Yield qui s’ennuyait chez Barclays vend maintenant ses créations artistiques à des stars du rap

Ovie Faruq s’ennuyait ferme chez Barclays. Entré dans la banque britannique comme stagiaire en 2011, il a d’abord travaillé comme credit trader à Londres pendant six ans, avant de partir à New York en 2018 comme trader High Yield ; son enthousiasme pour son boulot s’étiolait !

« Le pire pour un trader, c’était sans doute que cela me bouffait la vie, » racontait-il en avril dernier. « On travaillait de 7 h à 17 h, ou de 7 h à 18 h, et le soir, il fallait aller à des événements de réseautage, et cela a été ma vie pendant près de 10 ans, sans que je sois vraiment capable de faire quoi que ce soit d’autre en dehors. »

S’il a opté pour des études de mathématiques et d’économie à la London School of Economics, Ovie Faruq confesse avoir toujours eu un penchant artistique. À l’adolescence, il achetait et vendait des appareils photo et utilisait Photoshop pour créer des images à mi-chemin entre la space fantasy et la réalité terrestre. Mais tout s’est arrêté à son entrée à l’université : « je n’avais juste plus le temps de garder l’art comme hobby quand j’ai commencé mes études. J’ai juste tout laissé tomber. »

Et cela a duré, jusqu’à ce qu’il s’ennuie ferme pendant les réunions matinales chez Barclays. Il raconte que c’est pendant l’une d’entre elles à New York, alors qu’il « griffonnait tout et n’importe quoi » sur son bloc-notes, qu’il a fini par dessiner « l’image de ce type avec un sweat à capuche et une tête de mort. » Le personnage en partie autobiographique a évolué pour devenir rektguy, l’un des éléments d’une série de NFT qui sont en passe de faire la renommée d’Ovie Faruq.

Samedi dernier, le rappeur Snoop Dogg a annoncé dans un tweet avoir acheté l’un des NFT Rekt d’Ovie Faruq et en avoir fait son avatar. Les volumes de transactions des NFT OSF de Faruq sur OpenSea ont ensuite augmenté de 250%. Un événement commenté par Faruq sur LinkedIn : « Hier, Snoop Dogg a acheté une de mes œuvres et en a fait sa photo de profil. Quelle époque de dingue ! »

Ovie Faruq n’a pas répondu à nos sollicitations pour commenter cet article, mais il avait déclaré auparavant être fasciné par les NFT depuis la soirée arrosée qui avait suivi sa démission de Barclays. « Je suis rentré chez moi, j’ai bu quelques verres et je n’arrivais pas vraiment à dormir. À trois heures du matin, j’étais toujours sur le pont, » racontait-il. « Je naviguais sur Twitter sur mon téléphone. J’ai vu un paquet de gens acheter ce truc qu’on appelle Bored Ape Yacht Club. »

Ovie Faruq avait déjà touché aux NFT par le passé, mais il a fini par acheter 150 NFT Bored Ape. « J’étais un peu bourré. Je venais de lâcher mon job. Ça avait l’air cool et j’y suis allé, » poursuivait-il. Mike Anderson, son collègue chez Barclays qui l’avait initié aux NFT, tenta de le retenir en lui faisant remarquer qu’il était sous l’emprise de l’alcool et « un peu en mode panique », mais ce fut peine perdue.

C’était en avril 2021. Ovie Faruq avait quitté Barclays à New York pour rejoindre HSBC, mais Barclays l’a convaincu de rester, et il a réintégré la banque à Londres en trading marchés émergents. Lui et Mike Anderson ont par la suite quitté Barclays ensemble en mars 2022. Tous deux dirigent aujourd’hui Canary Labs, une société d’investissement et de conseil en NFT. Mais Ovie Faruq prend aujourd’hui aussi son envol en tant qu’artiste NFT majeur.

« J’ai longtemps été à fond dans l’art, mais j’ai vraiment oublié pendant longtemps. Quand j’étais enfant, je passais mon temps à dessiner et peindre. J’étais bon en dessin à l’école, j’aimais bien être créatif, » confiait-il.

Les inconditionnels de Faruq peuvent acheter des éditions uniques de ses œuvres sur SuperRare pour des prix allant jusqu’à 80k $. En ce moment, les intéressés peuvent aussi acheter leur propre avatar rektguy sur OpenSea pour l’équivalent de 1,6k $, un NFT clignotant situé dans un quartier chaud pour 31k $, ou le portrait en partie autobiographique de Faruq assis dans une salle des marchés (représenté plus haut) pour 3,4k $. Ovie Faruq a cédé gracieusement la plupart d’entre eux, mais il empoche une redevance comprise entre 5 et 7,5% pour chaque transaction.

Ovie Faruq n’est pas totalement négatif quand il évoque sa carrière de trader. Il avoue y avoir appris quelques leçons précieuses en matière de prise de risque, qui lui ont été utiles pour sa nouvelle aventure avec Mike Anderson dans le monde des NFT. Quoi qu’il en soit, c’est pour son art qu’il est en passe de se faire un nom. Et sa discipline a le potentiel pour devenir plutôt lucrative, en particulier quand les volumes de transactions s’envolent.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

​​​Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close