Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs
Pourquoi les banquiers n'aiment pas Paris.

La France vise toujours plus de banquiers, mais c’est Milan qui fait tourner les têtes

Devenu un véritable centre financier à la suite du Brexit, Paris est en plein essor, mais certains banquiers et traders en poste dans la capitale déchantent un peu. Ils préfèreraient Milan.

Barclays est la dernière banque en date à renforcer son engagement vis à vis de Paris. Au début du mois, la banque britannique a révélé avoir signé un bail de 12 ans pour un bureau au 52 avenue Hoche, dans le 8è arrondissement, anciennement occupé par JPMorgan Global Alternatives. Ces nouveaux locaux de 11 500 m² ouvriront en 2024. Compte tenu des normes en vigueur sur l’espace de travail minimum, l’Avenue Hoche pourra accueillir jusqu’à 1 200 personnes.

Alors que Barclays embauche à Paris, d’autres banques y renforcent également leur présence. Citi poursuit son développement. Goldman Sachs recrute 50 traders supplémentaires pour son bureau parisien et serait en passe de transférer deux books de transactions dans la capitale. Bank of America continue d’embaucher et procéderait à un rééquilibrage de son activité actions en faveur de la ville lumière. Morgan Stanley prévoit 300 personnes à Paris à la fin 2023, contre 200 il y a quelques mois encore. Sans oublier Millennium Management et Citadel, qui ont aussi étoffé leurs équipes.

Paris ne manque pas d’atouts. Nous nous sommes entretenus le mois dernier avec une tradeuse junior en dérivés actions chez Goldman à Paris, qui décrivait une vie apparemment agréable, avec le plaisir de pouvoir rejoindre à pied son bureau proche de l’Arc de Triomphe. Pourtant, les banquiers et traders plus seniors semblent moins emballés par ce que Paris peut leur offrir. Le problème ? Le régime fiscal des « impatriés » applicable aux expats.

« Je suis coincé ici, » explique un trader d’une banque d’investissement américaine, expatrié à Paris. « Pour l’instant, 30% de mes revenus ne sont pas imposables, mais si je change d’employeur, ce sera caduque. Impossible de partir. »

Sous le régime des impatriés, les banques établies en France peuvent considérer 30% de la rémunération de leurs employés expats comme une « prime d’impatriation », non prise en compte dans le calcul des revenus. Toutefois, la déduction est assortie de plusieurs conditions, dont l’une stipule que les expats ne doivent pas changer d’employeur. « Prenons un banquier de Goldman Sachs qui part chez JPMorgan ; il ou elle perdra le bénéfice du régime, » nous expliquait l’an dernier Bernard Oury, fiscaliste chez EY à Paris.

Résultat :  les banquiers qui s’expatrient à Paris sont bridés. « Ceux qui reviennent à Paris y sont tout simplement coincés, » constate un recruteur en finance quantitative. « Le régime des impatriés est à prendre en considération. Il implique que les gens ne puissent pas bouger, » confirme Stéphane Rambosson, co-fondateur de Vici Advisory. En conséquence, le marché français des talents en banque se trouve relativement déséquilibré, et certains banquiers et traders français sont mécontents, certains se retrouvant même victimes de harcèlement dans leurs postes actuels.

Alors où, sinon Paris ? D’après Stéphane Rambosson, c’est Milan qui a les faveurs de nombreux banquiers et traders, alors que la législation italienne prévoit d’exonérer d’impôt 70% des revenus des impatriés, sans imposer de lien dans la durée avec un quelconque employeur. « Honnêtement, les packages sont bien plus intéressants en Italie, et c’est là que beaucoup de gens veulent aller, » conclut-il.

Un trader senior en poste à Paris confirme. « Le meilleur endroit pour travailler en Europe, c’est l’Italie. Je pourrais avoir 70% de mes revenus non imposables, » se lamente-t-il.

Les banques disposant de bureaux et de salles de marché à Milan concèdent bénéficier du fort engouement généré ainsi pour le pays. Unicredit en particulier aurait procédé à plusieurs embauches pour son bureau de Milan. Certains de ces nouveaux arrivants étaient auparavant en poste à Londres (à l’instar de Sebastian Belaustegui, récent transfuge de Deutsche Bank en Strategic Equity Solutions). Selon un trader, c’est précisément ce point qui a conduit Eisler Capital à monter un bureau à Milan.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Ouael Be Salah sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

author-card-avatar
AUTEURSarah Butcher Editrice Monde

Postulez dès maintenant

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
Offres recommandées