Les stagiaires en banque à l’heure de la réflexion : « je ne veux pas être gros, dépressif ni isolé »

eFC logo
Les stagiaires en banque à l’heure de la réflexion : « je ne veux pas être gros, dépressif ni isolé »

Alors que la période des stages en banque d’investissement bat son plein, on commence à voir clairement qui a apprécié l’expérience – et qui est moins enthousiaste. On commence aussi à y voir plus clair sur les plus susceptibles de convertir leur stage en offre d’emploi, et ceux qui devront faire sans.

Avec, au deuxième trimestre, une baisse de 48% sur un an des honoraires en division banque d’investissement (M&A et corporate finance), la difficulté à transformer un stage d’été en emploi ferme est à son comble en IBD. Tout le monde n’aura pas de proposition. Et d’ailleurs tout le monde ne souhaite pas forcément en avoir : « je veux pas être gros, déprimé, et perdre contact avec mes proches, » écrit un stagiaire anonyme sur le forum Wall Street Oasis.

Même dans d’autres divisions, cela ne sera pas simple. Un stagiaire en gestion de fortune privée chez Goldman Sachs raconte avoir déjà été informé que plusieurs des desks par lesquels il était passé n’avaient pas de place cette année. « Ils passent leur temps à nous dire qu’ils ont de la place pour tout le monde et que c’est une division en croissance, mais je sais aussi que les desks pour lesquels j’ai déjà travaillé n’ont pas de place. »

Ce devrait être plus facile en vente et trading : les revenus du trading FICC (devises et matières premières) ont enregistré une hausse de 25% dans les banques américaines au 2è trimestre (d’après Deutsche Bank) et la progression a été de 9% en actions, mais les stagiaires dans les activités de marché pourraient eux aussi être à la peine. Selon un trader senior dans une banque US à New York, la majorité des offres irait à des candidats issus de la diversité et aux stagiaires apparentés aux cadres seniors : « la plupart des desks reçoivent pour instruction de n'embaucher que des femmes ou des personnes issues de minorités ethniques, » dit-il. « C’est ça ou le népotisme – il y a beaucoup d’enfants de cadres supérieurs. »

L’ambiance est plus positive ailleurs. Un stagiaire de Goldman Sachs raconte avoir passé un super moment et avoir beaucoup appris. « J’ai appris plus en six semaines ici qu’en trois ans à la fac, » confie-t-il. « C’est juste comme un cours très accéléré en finance. » Il ajoute que les fameux horaires interminables n’ont finalement pas été si terribles au fond – les jours les plus chargés, il arrivait à 7 h 30 pour repartir à 23 h, mais en temps normal, c’était plutôt 19 h. « Je trouve la culture d’entreprise vraiment sympa, » ajoute-t-il. « Je m’attendais à ce que les choses soient beaucoup plus formelles chez Goldman Sachs, mais tout le monde a été très sympa et m’a beaucoup aidé. »

Une stagiaire en activités de marché dans une banque française confirme avoir elle aussi « adoré » l’expérience à ce stade, et souligne que presque toutes les équipes recrutent fortement. « Ici, il y a plus de postes pour les jeunes diplômés qu’il n’y a de stagiaires pendant l’été. »

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Andrew Neel

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close