Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

Sortir avec un banquier : il prenait du poids et avait une sale tête

Mon fiancé travaille en private equity. Je l’ai rencontré à l’anniversaire d’un ami il y a huit ans, quand j’avais 25 ans et qu’il était étudiant en Masters. Quand on s’est rencontré, il m’a prévenue – il avait une proposition pour un poste de banquier junior en M&A dans une grande banque de Londres, et ça allait être complètement fou. Je me suis dit « arrête ton cirque, tu essaies juste de te faire passer pour quelqu’un d’important. »

Les premiers mois ont été simples. Quand il était étudiant, j’étais plus occupée que lui. Je travaillais et je vivais en colocation dans une maison à Londres, et on se voyait le soir. Quand il a démarré son programme d’analyst, ça allait encore – il était en formation, il finissait à 17h et allait au pub avec les autres analysts.

Puis, le travail a commencé. Et c’était la folie. On n’a pas la moindre idée des horaires de travail des juniors en banque jusqu’à ce qu’on les voie à l’œuvre. Il travaillait jour et nuit, et les week-ends aussi.

Alors qu’on se voyait beaucoup auparavant, on ne se voyait quasiment plus. Il disait : « on se retrouve au restaurant à 8 h ce soir », et à 9 h, je l’attendais encore. J’allais chez lui pour l’attendre, et il n’arrivait jamais. Quand on sortait, son Blackberry sonnait, et c’était son VP qui lui demandait de bosser.

Il prenait beaucoup de poids. Il trouvait du réconfort dans la nourriture et c’était la banque qui payait. Il avait l’air malade – il était pâle, avec des cernes noirs sous les yeux, comme des ecchymoses. Il n’arrivait pas à se souvenir de choses que je lui avaient dites ou de ce nous avions organisé ensemble.

À ce stade, beaucoup d’autres qui, comme moi, sortaient avec des analystes du même programme ont jeté l’éponge. Si je l’avais rencontré à ce moment-là, je pense que moi aussi, je l’aurais laissé tomber. Mais nous avions déjà passé ces quelques mois ensemble et je savais comment il était avant la banque. Je savais aussi qu’il avait de l’ambition, et un plan : il voulait faire ça pendant quelques années et partir ensuite en private equity.

Durant cette période, je ne lui ai rien reproché, et bien m’en a pris. Au stress qui envahissait son visage à chaque fois que son Blackberry sonnait, je voyais qu’il n’était pas lui-même – c’était son VP de l’époque qui lui faisait cet effet et qui contrôlait notre relation. Cela n’avait rien à voir avec lui ou avec moi.

Bien m’en a pris aussi d’avoir ma propre vie. Je ne voulais pas de petit ami quand je l’ai rencontré. J’étais heureuse de sortir avec ma bande, et je ne voulais pas d’une vie à rester assise devant des films à la télé. En sortant avec un banquier, j’ai eu le meilleur des deux mondes. Je le voyais à peine, donc j’ai continué à sortir avec mes propres amis, mais on s’envoyait beaucoup de messages. Quand il était libre, ça pouvait être problématique. S’il sortait tôt du travail à 9 heures du soir un vendredi, il essayait frénétiquement de rattraper le temps perdu en buvant comme un trou.

Au bout de deux ans dans la banque, les choses ont changé. Il avait prévu de partir en private equity, et à partir de ses dix-huit mois en banque, j’ai commencé à le pousser à bouger. Il a postulé dans un fonds et a pris ses jambes à son cou. Aujourd’hui, il occupe un poste plus senior et travaille beaucoup moins, même s’il lui arrive encore de rester debout jusqu’à 2 h du matin quand il est sur un deal.

Si vous sortez avec un banquier, je vous conseille de bien comprendre son objectif. Est-il entré dans la banque pour y rester ou juste pour y passer quelques années avant d’aller voir ailleurs ? Si vous n’arrivez vraiment pas à gérer les années analyst ou associate, alors cherchez quelqu’un d’autre. Mais si vous tenez à votre relation, construisez votre propre vie. Ayez vos propres amis, votre propre organisation, faites votre vie. Si la personne est disponible, réservez lui une place dans votre vie, mais ne comptez pas sur elle en matière de vie sociale sinon tous vos plans finiront par tomber à l’eau. Je le sais, je suis passée par là.

Cliquez ici pour créer votre profil eFinancialCareers. Soyez visible auprès des recruteurs qui cherchent à pourvoir des postes en technologie et finance.

 

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

author-card-avatar
AUTEURNancy Garnier
  • Sh
    Shelena23
    14 février 2023

    Comment votre partenaire compensait le manque de temps?

  • Sh
    Shelena23
    14 février 2023

    Merci pour cette article qui donne de la clarté et la réalité de la vie en couple dans ce milieu.

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
Les dernières offres d'emploi
AUSTIN BRIGHT SARL
Corporate Officer in a renowned fiduciary
AUSTIN BRIGHT SARL
Strassen, Luxembourg
DO Recruitment Advisors
TRESORIER (H/F)
DO Recruitment Advisors
Luxembourg
Bank Vontobel
HR Generalist EU/LUX - Part time
Bank Vontobel
Luxembourg
DO Recruitment Advisors
ACCOUNTING TREASURY SUPERVISOR (M/F)
DO Recruitment Advisors
Luxembourg
DO Recruitment Advisors
Head of Depositary,CO
DO Recruitment Advisors
Luxembourg

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail