Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

Citi tente une méthode à la française pour réduire ses effectifs

Sur un marché normal, il n’est pas si difficile pour une banque de se débarrasser d’une part relativement importante de ses effectifs. Le turnover est assez élevé dans le secteur, si bien que le simple fait de ne pas remplacer les partants (sauf s’ils occupent des postes essentiels ou stratégiques) peut faire une grosse partie du travail. Pourtant, en période de ralentissement de l’activité, les gens deviennent de plus en plus réticents à changer d’employeur, et il y a moins d’offres à l’extérieur auxquelles ils pourraient postuler. En conséquence, les banques comme Citigroup qui cherchent à faire bouger un nombre relativement élevé de banquiers seniors se retrouvent à proposer des mesures incitatives (autrement dit des départs volontaires) pour parvenir à leurs fins.

Les arrangements de ce genre sont en général plus courants dans les banques européennes (comme SocGen), et constituent une manière de faire face à la réalité d’une large proportion d’employés sous contrat, ce qui fait du licenciement obligatoire un processus long et difficile. Dans le cas de Citi toutefois, les offres semblent cibler des grades et des activités spécifiques, plutôt que de s’appliquer à tout un chacun qui souhaiterait en profiter.

Ce qui apparaît évidemment plus comme une manière assez sympa de se faire licencier. L’offre de Citi consiste en un « bonus partiel » qui serait versé en décembre, plus la possibilité de conserver la rémunération différée non acquise. Pour qui décline l’offre, cela n’exclura pas un licenciement entre maintenant et la date de versement du bonus en mars, auquel cas le bonus partiel serait caduque.

On imagine que celles et ceux qui seront convoqués dans un bureau pour se voir remettre une enveloppe avec ce type de proposition l’accepteront pour la plupart.

Du point de vue de Citi, c’est une idée brillante. Il y a pourtant deux gros problèmes pour les managers qui veulent réduire leurs effectifs. Le premier consiste à ne pas se montrer trop désagréable. On récolte ce que l’on sème ; les plus hautes sphères de la finance sont un petit monde, et les licenciés du sell-side d’aujourd’hui sont souvent les nouveaux venus en buy-side de demain. Chaque desk de trading, chaque équipe en banque a des histoires relatives à des clients spécifiques qui ne rapporteront rien parce que le décisionnaire principal chez le client leur en veut à mort.

Mais d’un autre côté, impossible aussi d’être trop gentil. Si une banque essaie de tout faire pour offrir de généreuses conditions de départ volontaire, les gens qui les acceptent en premier seront sans doute ceux qui ont des opportunités de reclassement. Et en général, les employés qui peuvent facilement trouver un poste ailleurs sont justement ceux que l’on veut garder, pas laisser partir.

Dans ce contexte, Citi est parvenue à un compromis : cibler avec sa proposition de départ volontaire les domaines et les grades où elle espère qu’elle sera acceptée, sans toutefois la rendre trop alléchante, et en insistant sur le respect dans son intégralité du fameux ‘gardening leave’ anglo-saxon – le préavis est non travaillé et payé, mais pas de possibilité de prendre de nouvelles fonctions avant la fin effective. En réalité, il n’existe pas de moyen sympa de faire quelque chose de désagréable, mais compte tenu de l’objectif de la CEO Jane Fraser de réduire le nombre de niveaux hiérarchiques et de se débarrasser de nombreux banquiers seniors performants, cela semble pouvoir fonctionner pour qu’elle atteigne son but en se faisant un minimum d’ennemis.

Cliquez ici pour créer votre profil eFinancialCareers. Soyez visible auprès des recruteurs qui cherchent à pourvoir des postes de premier plan en technologie et finance.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: +44 7537 182250 (SMS, Whatsapp or voicemail). Telegram: @SarahButcher. Click here to fill in our anonymous form, or email editortips@efinancialcareers.com. Signal also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Photo by Yves Cedric Schulze on Unsplash

author-card-avatar
AUTEURDaniel Davies

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
À lire aussi
Offres recommandées

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail