Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

Bank of America toujours confrontée au problème des départs

Après ses résultats du quatrième trimestre la semaine dernière, Bank of America doit annoncer ses bonus la semaine prochaine, et il y aura sans doute de la déception le moment venu. Mais décevoir quelques personnes pourrait tourner à l’avantage de la banque : elles ne partiront pas.
Selon le CEO de Bank of America, Brian Moynihan, s’adressant aux investisseurs vendredi, le turnover de la banque n’a été que de 6% au quatrième trimestre 2023, soit la moitié du taux habituel de 12%, et sous la barre des 7% qui représente la moyenne annuelle. Le turnover est « très bas », observait-il.
Ce faible taux de rotation peut résulter du plaisir qu’éprouvent les employés à travailler pour Bank of America, qui investit depuis plusieurs mois dans ses activités de marché et déclare gagner des parts de marché en banque d’investissement. Mais il peut aussi être la conséquence d’un manque d’offres en faveur d’une alternative, et par conséquent d’une forme de semi-lâcheté qui pousserait à s’accrocher à son poste. BofA n’est pas la seule confrontée à ce problème : Morgan Stanley et KPMG aussi se plaignent du même phénomène.
Brian Moynihan ne s’est pas étendu sur les causes de cette volonté accrue des employés à continuer à travailler pour Bank of America. Et n’a pas dit non plus que c’était une mauvaise chose. Pourtant, c’est bien ce faible turnover qui a encouragé BofA à mettre en place un gel partiel des embauches à cette période l’an dernier, et la faiblesse persistante du turnover induit le maintien de la mesure.
Brian Moynihan a déclaré la semaine dernière qu’au lieu de pourvoir les postes vacants avec des candidats recrutés à l’extérieur, BofA « redéployait ls équipes d’une activité à l’autre » et « retenait et requalifiait les gens. » Il ajoutait par ailleurs que l’’IA pourrait permettre plus de redéploiements de ce style en 2024. L’an dernier, dans un contexte calme des marchés, les banquiers M&A habitués à travailler sur de gros deals avaient été encouragés à travailler plutôt avec des clients du marché intermédiaire.
En dépit de ce gel des embauches et des redéploiements en interne, BofA a conservé un recrutement relativement actif. D’après Brian Moynihan, 15 000 personnes ont été recrutées en 2023 sur l’ensemble des activités. Ceci a toutefois coïncidé avec une réduction d’effectifs de 5 000 personnes, la banque passant de 218 000 employés en janvier 2023 è 212 900 en décembre.
Si 15 260 personnes sont parties (soit 7% des 218k) et 15 000 ont été embauchées, un constat s’impose : BofA a supprimé 5 000 postes l’an dernier. Son CFO Alastair Borthwich précisait toutefois que les suppressions de postes résultaient de « l’attrition » et que BofA avait ainsi évité de payer « d’énormes indemnités. »
BofA pourrait-elle alors bénéficier encore plus de l’attrition en 2024 ? Peut-être pas tout de suite. Alastair Borthwick présuppose que les revenus des activités de marché de l’an dernier constituent la nouvelle norme et Brian Moynihan déclare avoir « quantité de projets » de deals en banque d’investissement, qui devraient rapidement ramener la banque au niveau de 1,5 milliard de dollars de revenus, même en dépit du flou qui règne quant à la période de finalisation de ces deals.
Et s’il faut encore réduire les coûts ? Pour Brian Moynihan, il y a toujours moyen de maîtriser les coûts en ne remplaçant pas les partants. Autrement dit, cela ne ferait sans doute pas de mal si quelques personnes supplémentaires décidaient de prendre le large.  

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre enquête complète sur les salaires et bonus.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

author-card-avatar
AUTEURAlex McMurray

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
À lire aussi
Offres recommandées
Carmignac
Analyste obligataire junior
Carmignac
Paris, France
Asian Infrastructure Investment Bank
Investment Associates and Analysts - Banking (basé à Pékin)
Asian Infrastructure Investment Bank
Paris, France
AXA Investment Managers
Senior Derivatives Analyst
AXA Investment Managers
Puteaux, France
Mason Blake
Global Equity Analyst
Mason Blake
London, United Kingdom

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail