Emploi dans l’univers crypto : des perspectives prometteuses en pleine guerre des talents

eFC logo
Emploi dans l’univers crypto : des perspectives prometteuses en pleine guerre des talents

Face à une guerre des talents qui touche de multiples secteurs, l’univers crypto ne fait pas exception à la règle. Confronté à une pénurie qui conduit parfois à des recrutements inattendus, le secteur doit composer avec la concurrence des ESN engagées dans la transformation digitale, mais aussi des acteurs majeurs de la tech, des banques et hedge funds qui cherchent à rattraper leur retard ou encore des cabinets de conseil. Un véritable défi alors que les perspectives identifiées dans la dernière étude de l’ADAN – l’Association pour le Développement des Actifs Numériques – fin 2021 sont très prometteuses en matière d’emploi.

Selon cette étude réalisée avec le concours de KPMG France, reposant en partie sur la consultation des principales entreprises crypto françaises (29 sur la centaine que compte le secteur), 1 129 personnes étaient employées en crypto en début d’année, dont 85% en France – témoignant d’une progression de 64% des effectifs sur un an ; une évolution appelée à se poursuivre alors que les prévisions tablent sur une croissance de 120% pour 2022, avec des perspectives de près de 2 500 emplois directs en janvier 2023.

À plus long terme, compte tenu des 600 projets crypto en cours, les estimations laissent entrevoir un potentiel de 3 600 à 4 800 emplois au total sur l’année 2022, et de 100 000 emplois directs à l’horizon 2030.

Dans ce contexte, la tension se fait particulièrement forte face à une demande en plein essor et à une offre limitée en raison d’un manque de compétences en crypto, notamment pour les fonctions support, et d’options de formation encore insuffisantes - en France comme dans le monde, conséquence de l’émergence récente de ces technologies.

À fin 2021, la quasi-totalité des 29 entreprises françaises interrogées étaient en phase de recrutement, et 83% reconnaissaient « une forte difficulté à trouver des candidats adéquats, technique ou non, junior ou senior. »

Les profils privilégiés

Sans surprise, les profils techniques sont aujourd’hui les plus recherchés : développeurs smart contracts (spécialisés en Solidity, mais aussi Rust ou Mackenzy entre autres), développeurs informatiques généralistes – full stack, back end et front end, ou encore ingénieurs en cybersécurité et cryptographie spécialisés en blockchain.

Les profils non-techniques ne sont pas oubliés pour autant, mais là aussi la difficulté semble de mise pour trouver des candidats de qualité disposant de connaissances ou d’une expérience en crypto, en particulier dans l’univers de la finance décentralisée où les métiers du commercial, marketing et du community management prennent une tout autre tournure. On constate également des ouvertures de postes non-techniques dans les domaines juridique, comptable, fiscal ou encore en conformité, eux aussi confrontés à un manque de compétences.

La rareté des candidats compétents pèse en toute logique sur les niveaux de salaire, en forte augmentation, mais induit aussi une difficulté supplémentaire pour les entreprises qui parviennent à pourvoir leurs postes ouverts : la nécessité d’anticiper l’avenir pour retenir ces talents au-delà de trois ans, un phénomène lui aussi mondial.

Les recrutements en cours en France

Les postes actuellement ouverts suivent la tendance de l’étude, avec une majorité de postes techniques.

Très largement en tête de liste, on retrouve la licorne Ledger, avec plus de 100 postes ouverts, dont 64 en ingénierie, mais aussi des offres en développement produits, en finance (analyse des données), ainsi qu’en RH/acquisition de talent, en légal et en sécurité. Les postes à pourvoir sont basés à Paris, Grenoble et Montpellier.

Binance fait également état d’une vingtaine de postes à pourvoir à Paris, dont certains avec possibilité de travail à distance, essentiellement en ingénierie et analyse de données, mais également en légal et conformité.

Coinhouse propose elle aussi une vingtaine de postes entre Paris et Luxembourg, avec de nombreuses possibilités de travail hybride.

Parmi les nombreux postes ouverts publiés sur les différentes plateformes au cours des deux dernières semaines, on note par ailleurs plus d’une dizaine de postes d’ingénieurs ou consultants crypto chez KPMG, en Ile de France comme en régions.

Dans le contexte actuel de tension du recrutement en crypto, aucun détail de rémunération n’apparaît directement. Les offres insistent en revanche sur l’attractivité des packages de rémunération et des avantages sociaux, l’organisation flexible du travail au sens large et l’importance accordée au développement personnel.

Got a tip or a story idea? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Photo by Tezos on Unsplash

Close