Un banquier français prompt à élever la voix en passe devenir DG ?

eFC logo
Un banquier français prompt à élever la voix en passe devenir DG ?

La mésaventure de BNP Paribas avec la justice dans une affaire impliquant un vendeur en dérivés accusé de « terrorisme émotionnel » pour avoir rabaissé des collègues s’est terminée par la condamnation de la banque à lui verser une indemnité de 1,7 million d’euros ; on peut donc imaginer que les banques françaises auraient tendance à garder leurs distances avec des employés connus pour crier sur les gens. Pourtant, SocGen réfléchirait à nommer l’un d’entre eux au poste de DG.

Bloomberg rapporte en effet que la banque au logo rouge et noir serait en train d’évaluer Slawomir Krupa, à la tête de sa banque d’investissement à New York depuis janvier 2021, en vue d’en faire peut-être son prochain Directeur général lorsque Frédéric Oudéa, en poste depuis 2008, quittera ses fonctions à l’échéance de son mandat en mai 2023.

Slawomir Krupa a quelques atouts en main. Ce diplômé de Sciences Po, l’une des Grandes Écoles plébiscitées sur les CV en banque, est chez SocGen depuis 1996. Avec un parcours au sein de la structure d’audit interne et des opérations en banque d’investissement, il connaît bien la banque d’investissement. Mais il aime s’imposer par la parole : Slawomir Kurpa aurait la réputation de ‘crier sur ses subordonnés’ au point que certains banquiers qui s’étaient vu proposer un transfert de Paris à New York, pour travailler sous sa responsabilité, ont décliné l’offre ; ses relations avec Jean-François Grégoire, l’ancien responsable mondial du trading, se sont « tendues » pour des raisons non détaillées dans l’article de Bloomberg.

Quoi qu’il en soit, les traders de SocGen pourraient préférer cette option. L’alternative est simple : soit quelqu’un venu de l’extérieur, soit Sébastien Proto, actuel Directeur général adjoint en charge de la banque de détail. Si Christian Sewing chez Deutsche Bank s’en est plutôt bien sorti malgré son passé au sein de la banque de détail, l’histoire regorge d’anciennes figures de la banque de détail qui, une fois aux commandes, ont contrarié les équipes de trading (demandez donc aux credit traders qui n’en finissent plus de quitter Credit Suisse).

Dans ces conditions, quelques cris pourraient être le juste prix à payer. Surtout si cela s’arrête à faire preuve d’« exubérance », le verdict énoncé dans le cas du vendeur dérivés de BNP Paribas.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Photo by Thiébaud Faix on Unsplash

A lire aussi…

Close